Accueil / Environnement /

La France en avance sur la RSE, sa logistique un peu moins

, par Luc Battais

Le Médiateur des entreprises et Ecovadis observent depuis 2012 les performances RSE des entreprises françaises et les comparent grâce à un système de notation, à celles des autres pays de l’OCDE ainsi qu’à celles des BRICS. Leur troisième étude vient de paraître qui confirme une troisième place de la France au classement mondial.

Selon ses auteurs, la troisième édition de l’étude Médiateur des entreprises-Ecovadis confirme la maturité élevée des entreprises françaises en matière de RSE.
La France se hisse à la 3ème place dans le classement mondial quand elle n’était qu’à la 7ème en 2012.
Et ce dynamisme vaut aussi pour les PME et les ETI.
Selon l’étude en effet « Dans le sillage de nos grandes entreprises qui sont en tête avec un score de 53,8 loin devant les deux autres regions (OCDE : 45,1 et BRICS : 33,8),
nos PME et ETI se trouvent dans la même situation en devançant leurs consoeurs des deux autres groupes avec un score global de 50,4 alors que celles des autres pays de l’OCDE sont a 46,8 et celles des BRICS a 38/100 seulement. »

La France, toujours selon Ecovadis qui réalise l’étude, confirme son avance déjà observée lors des éditions précédentes sur les thèmes Environnement et Social et -fait marquant- a enfin rattrapé son retard par rapport aux autres pays de l’OCDE sur le thème éthique en passant de 41,8 fin 2016 a 45,5 fin 2018.

Notation de la logistique

La particularité de l’étude 2019 est l’introduction d’un focus sur les performances des entreprises du secteur logistique avec 1399 entreprises évaluées, dont 178 en France. Cela « pour accompagner la publication du référentiel RSE pour le secteur logistique par le ministère de la Transition écologique et solidaire » (en septembre 2018 NDLR).
Le constat est mitigé. Les entreprises françaises de la logistique sont certes « en avance par rapport aux scores des autres régions » de l’étude mais le secteur est malgré tout « globalement en retard par rapport aux évaluations tous secteurs confondus. Un effort particulier est donc attendu dans ce secteur pour se mettre à niveau ».

Une montée en puissance des pratiques RSE

L’un des constats majeurs de cette étude est probablement que la refonte du système économique sur les bases de la RSE semble réellement engagée à la fois sous la pression des législateurs mais aussi de la société civile et surtout des investisseurs.
« Nous observons la montée en puissance des pratiques achats responsables dans les chaines d’approvisionnement mondiales, l’intégration quasi systématique de critères RSE dans les appels d’offres, les clauses contractuelles et dans tout le processus achat.
Dans un contexte ou la responsabilité sociétale de l’entreprise prend progressivement sa place dans l’équation économique, les entreprises adoptant un néo management a la fois performant et durable se différencient et gagnent en compétitivité sur la scène internationale ; et par la même toutes les entreprises françaises engagées en RSE. »

Et l’étude de préciser : « Sous la pression croissante des législateurs, de la société civile et des investisseurs, nos données prouvent que la qualité des systèmes anti-corruption des entreprises françaises et la gestion des autres enjeux éthiques ont bel et bien progressé sur la période 2016-2018, la meilleure progression s’observant justement sur le thème éthique (+9%).
La France précédemment en retard par rapport a la moyenne du reste de l’OCDE est désormais a égalité avec un score 45,5/100. Plus important encore que la moyenne, c’est l’évolution de la distribution des entreprises qui est a souligner.
Pour la première fois, plus de 50% des entreprises françaises évaluées montrent un niveau de gestion des risques éthiques adapté ou exemplaire.
La part des entreprises a risque élevé sur ce thème continue de se réduire pour atteindre 1%. »

L’étude met cependant un « point d’alerte » sur le fait que un tiers des entreprises françaises évaluées entre 2016-2018 ont une approche encore trop partielle de la RSE.

La méthode EcoVadis

EcoVadis mesure le niveau de couverture des enjeux RSE dans la relation Acheteur-Fournisseur et les risques associés. Les performances de chaque fournisseur sont évaluées sur 21 critères répartis sur quatre axes :
• ➔Environnement : impacts liés aux procédés de production (ex : Consommation d’énergie
& émissions de gaz a effet de serre) ainsi qu’à l’usage du produit et à sa fin de vie ;
• ➔Social & Droits de l’Homme  : impacts sur les employés, par exemple les conditions
de travail, et les droits humains des employés et de la communauté, par exemple le
harcèlement ;
• ➔Ethique couvre les enjeux de corruption, les pratiques anticoncurrentielles et la gestion
responsable de l’information ;
• ➔Achats Responsables prend en compte les problématiques sociales et
environnementales qui ne résultent pas uniquement des liens avec les fournisseurs
directs mais qui peuvent apparaître au travers des rangs 2 ou 3 de fournisseurs.

La notation EcoVadis est construite autour des preuves documentaires fournies par les entreprises évaluées. D’autres sources d’information sont également prises en compte :
rapports d’audit, mais aussi sources externes provenant d’ONG, syndicats, organisations
internationales, autorités locales et autres tiers comme Regulatory DataCorp. et ses
200 000 sources analysées quotidiennement sur 60 catégories de risques-personnes
politiquement exposées (PEP), veille marchés émergents, corruption, fraude, et criminalité.

Les critères et leurs poids dans les scores sont adaptés à la taille (XS/S/M/L), au secteur d’activité et à la localisation de chaque fournisseur.
Chacun dispose d’une fiche d’évaluation comprenant un score/100 par thème et un score global/100, comparables au niveau mondial, pour faciliter l’intégration de ces données dans les propres systèmes de suivi des donneurs d’ordres ainsi que la comparaison d’un fournisseur à l’autre.
L’édition 2019 de l’étude repose sur 20 000 évaluations mais si l’on prend en compte les 3 études et l’analyse de l’évolution des scores dans le temps, EcoVdis revendique plus de 55 000 évaluations d’entreprises a 80% PME/ETI sur la zone OCDE+BRICS de 2012 a 2018.


Voir en ligne : www.economie.gouv.fr/mediateur-des-...

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 178 - septembre 2019

Stratégies Logistique n°178 est paru.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n°17 - World Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement World Class Logistics, qui s’est tenu à Paris-La Défense le 5 décembre 2018.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.